Arrivée du « Plan vélo » !

Le gouvernement français s’est réuni afin de mettre en place un « Plan Vélo » à destination des collectivités et agglomérations. En clair, un budget de 350 millions d’euros sur 7 ans (soit 50 millions d’euros par an), le plus gros montant jamais alloué au vélo. Le but premier étant d’aider au développement de ce mode de déplacement, souvent critiqué, mais en hausse constante en métropole.

« L’objectif est d’accompagner les territoires afin de leur permettre d’anticiper le déploiement du plan vélo, de mobiliser l’investissement sur des projets d’infrastructures cyclables aboutis et plus globalement de soutenir la définition et la mise en œuvre de leur politique cyclable ».

À noté qu’en France, un peu moins de 3% des déplacements domicile-travail, ce font en vélo. Essayons de comprendre comment ce budget sera utilisé.

Infrastructure

Ce n’est un secret pour personne, pour rouler à vélo en ville, il faut des pistes cyclables. Même si ces dernières sont beaucoup moins coûteuses à construire que des autoroutes, elles ne sont pas pour autant gratuite. Il est important de rappeler que le financement de ces pistes est soumis à un appel à projets des villes. Afin d’aider les collectivités et territoires à anticiper cette aide, l’ADEME (l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), à mis parallèlement en place un projet  » Vélo et territoires », visant à accompagner ces derniers dans le développement de leur politique cyclable.

 

 

Sécurité

Beaucoup d’entre-nous ont la possibilité d’aller au travail en vélo, ou d’effectuer des déplacements cours en deux-roues, mais nous sommes également beaucoup à avoir peur du vol de celui-ci. Afin de palier à ce problème, le « Plan Vélo » prévoit un processus de marquage des vélos (équivalent au numéro de série). Le tout se déroulant de la façon suivante :

  1. Le client achète son vélo
  2. Le vendeur note le numéro unique
  3. Le vendeur enregistre dans la base de données le numéro unique du vélo et le nom du propriétaire
  4. Le vendeur transmet la facture au client, ainsi que le numéro du vélo et son code d’inscription à la base
  5. Le propriétaire du vélo finalise son inscription avec le code donné

Ce dispositif permet de lutter contre le vol, le recel et la revente illicite des vélos.

Reconnaissance du vélo comme mode de transport

Afin d’encourager la pratique du vélo auprès des français, l’État souhaite rendre accessible au plus grand nombre, l’accès au deux roues. Pour ce faire, plusieurs mesures d’incitations fiscales à destination des entreprises sont créées. Ces dernières jouant un rôle important dans l’usage du « vélo-travail ».

  • Création d’un forfait mobilité durable pour tous les salariés, généralisé d’ici 2020, à hauteur de 200€/an
  • Introduction du vélo dans le barème fiscal
  • Soutien à la mise à disposition de flottes de vélos par les entreprises

 

Développer la « culture vélo »

Ce « Plan vélo » se donne pour mission de faire évoluer nos réflexes, et ainsi adopté le vélo comme mode de déplacement plus spontané, mais également sensibiliser le jeune âge à cette pratique. Il prévoit pour ceci le déploiement de plans de mobilité en milieu scolaire, mais aussi de développer et simplifier l’accès aux fournisseurs de vélo en libre-service. 

L’abri des vélos étant primordial, à partir de 2019, la création de locaux destinés au stationnement des vélos deviendra obligatoire dans les nouveaux immeubles de bureaux ou d’habitation. Une source de stress en moins et un gain de temps non-négligeable à une époque où chaque minute compte.

 

 

Nous sommes encore loin des villes « tous vélos », sans voitures. Mais il est important de rappeler qu’il y a encore quelques années la pratique du vélo comme moyen de déplacement, était moquée. Aujourd’hui de plus en plus de monde l’utilise, il se démocratise et simplifie le quotidien et les finances de bien des Français.

Alors, vous avez choisi le vôtre ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *